40 ans de JdR ? Et moi, et moi…

Aujourd’hui, Psychée a publié un billet à l’occasion de ses 40 ans de jeu de rôle.
J’imagine que je ne suis pas la seule : en lisant ce genre de témoignage, on se dit forcément “et moi ?” et l’on fouille dans sa mémoire, on cherche ses anecdotes.
J’ai souvent raconté que la date où j’ai découvert le JdR était sans ambiguïté puisque c’est à Noël 1982 que Mère Dragon a offert la boîte rouge de D&D à ma sœur (et moi ?).
— Et donc ?
— En y réfléchissant bien, D&D n’a pas été ma découverte du jeu de rôle même si je n’avais pas mis le terme dessus précédemment.
Je ne sais pas quand, nous avions acheté (probablement au rayon livres d’Euromarché) la Grotte du temps. La date d’impression est octobre 1981 (j’étais en CM1 alors) et je me souviens que, en classe de CM2 (1982-1983), à la cantine, j’avais proposé à deux camarades que nous explorions des… donjons ? Je ne suis pas sure du tout d’avoir donné ce nom, je leur disais qu’ils avaient deux portes devant eux, laquelle voulaient-ils franchir ?
La mémoire est trompeuse, mais je relie ce jeu que je leur ai proposé à cette première aventure dont vous êtes le héros que j’avais dû parcourir des centaines de fois, pas à D&D…
Ses pages ont jauni, mais il est toujours là, précieux, dans ma bibliothèque.
— Et ensuite ? Le JdR et toi à l’adolescence ?
— Rien.
Les garçons ne me voulaient déjà pas au club d’informatique du collège et il n’y avait pas de club de jeu… alors je dévorais les LDVELH, achetais des jeux à la boutique de jouets d’Angoulême (AdC, Paranoïa…) ou à la boutique (proprement magique à mes yeux) de JdR de Toulon quand nous y allions en vacances, cherchais du JdR dans les jeux vidéo (un peu en vain, mais je faisais semblant que…) et lançais mon propre fanzine.
Pour vrai, je ne me suis lancée complètement dans le JdR que quand ma fille aînée s’y est mise (vers 12 ou 13 ans ?). J’ai pu aller en conventions ou en clubs car je l’accompagnais et, là en tant que mère, avec une ado à la table, les gens n’avaient pas de comportements déplacés…
— Mais… t’avais des tas d’amis rôlistes, ils ne t’ont jamais proposé de les rejoindre ou… avant ça ?
— Ben… non…
Je rêvais de faire des GN et un ami proche, GNiste passionné, ne m’a jamais emmenée avec lui car “il n’aurait pas été à l’aise que j’entende les blagues que racontaient ses potes” (mais, oui, il y avait des filles avec eux, hein, mais, à ses yeux, moi, je ne pouvais pas venir).
Je crois qu’il faudra encore beaucoup de temps avant que les hommes de ma génération ne prennent conscience de tout ce qu’ils ont fermé comme portes devant nous.
Parce que, si tu penses qu’une amie ne peut pas jouer parce que tes potes la mettraient mal à l’aise, ça te convient vraiment comme situation ?

A propos Cenlivane

Ecrivaine | Teams #VagabondsduRêve #TribuneVdR #NiceFictions
Ce contenu a été publié dans Editorial, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.