Obsolescence programmée ou quelle voix pour ta SF ?

Lorsque la revue Bifrost (publiée par le Bélial) est née, y’a beaucoup d’années, j’étais ravie : oh, une revue SF en librairie ! On était en 1996, Internet démarrait à peine, on ne pensait pas encore à des sites d’actu en ligne ou à des blogs…
Je vais même ajouter que, à cette époque, j’étais une jeune femme. Optimiste1. Je pensais que les salaires des femmes et des hommes étaient équivalents et des tas de trucs du même genre.

Et puis il a bien fallu ouvrir les yeux. Si Bifrost était une des rares revues de SF, c’était aussi un boys’ club qui s’imaginait les rois de la montagne. Ce tournant, je le place en 2011.
Pourquoi 2011 ? Parce que c’est cette année-là qu’ils ont publié un torchon sous prétexte de décerner leurs Razzies annuels.
— Ah ah, c’est de l’humour, tu comprends rien !
Je ne me souviens pas de ce que j’en ai dit à l’époque car j’ai perdu pas mal de billets au cours de mes déménagements (webesques) successifs, mais Lucie Chenu a écrit sur le sujet et me mentionne : Razzies 2011 : quand la mauvaise foi se confond avec la diffamation. (Oui, le titre est un bon résumé.)

Au fil du temps, j’ai donc fait plus attention à leurs agressions, qui visaient sans surprise principalement les autrices.
Il y a un an, à l’occasion de son numéro sur Octavia E. Butler, la revue se parait d’une couverture… raciste.
— Pourquoi tu dis que c’est raciste ?
Franchement, je ne suis ni ta mère ni ta prof. Si tu ne vois pas le racisme de l’illustration, je ne peux rien pour toi.

Un an plus tard, same player, same game : couverture sexiste pour Anne Rice.
Luce Basseterre en a parlé sur Facebook et plusieurs autrices se sont jointes à ses remarques.
Prise de conscience de la rédaction ?
Malgré leurs grandes déclarations d’intention qu’ils ont changé, qu’ils sont plus ouverts, que… c’était peu probable qu’ils soient sortis du 20e siècle s’ils étaient OK avec leur racisme en 2022.
Bref, on a eu droit à tous les ouin ouin habituels des mascus dans ce genre de cas.
Et, comme une couverture sexiste ne serait pas complète sans son édito qui craint, le challenge a été relevé.
— Hein ? Quoi ?

ActuSF a annoncé sa liquidation en septembre et j’en ai notamment parlé dans un billet.
On peut très bien penser qu’ils n’ont pas été les meilleurs gestionnaires du monde, ça arrive, ce n’est pas un crime, toujours est-il qu’ils avaient une ouverture que le Bélial n’a pas.
Parce que, bon, le catalogue du Bélial n’est pas super lisible en ligne donc des pépites peuvent se cacher dans les trous de la Toile, mais, majoritairement, leur catalogue, c’est des mecs, des anglosaxons, des noms connus. Je ne dis pas qu’il ne faut pas les publier, mais ce n’est clairement pas l’éditeur qui prend des risques et œuvre pour la SF française2.
Et donc, dans son éditorial, au lieu de se taire, par respect pour le collègue qui a mis la clé sous la porte ou de dire un ou deux mots polis, Olivier Girard, le rédac’chef de Bifrost et éditeur du Bélial, se fout de la gueule de celui qui a osé, de celui qui a ouvert son catalogue.

Alors, en réalité, il a le droit, hein.
Quand tu es toujours debout et que l’autre est à terre, tu peux choisir de te moquer.
D’ailleurs, tu as raison, ça prouve que tes choix sont les bons puisque tu es toujours là.
Ouais… En même temps, quand tu es toujours debout parce que tu ne prends pas de risques, parce que tu restes au siècle précédent, tout en distillant ton venin sur les autres, les femmes et tous ceux qui ne sont pas tes potes, t’es toujours debout, mais ça n’a aucun intérêt pour la majorité qui n’est pas avec toi.

Maintenant, je vais reprendre ce que j’ai dit dans mon billet de septembre : une revue-papier en 2023, ça a du sens ?
Il y a quelques jours, je parlais du prix du livre et autres considérations et Matthias Wiesmann a rebondi avec un billet où il évoque notamment la dinguerie du papier : on produit du papier pour des produits jetables qui encombrent plus qu’ils ne sont lus.

— Ouais, mais Bifrost est une des rares revues de genre et c’est trop cool et ils ont des critiques et…
Réveille-toi !
Il y a plein de sites consacrés à l’actu SFFF et des blogs.
— Oui, mais les critiques de Bifrost, elles sont meilleures parce que…
Bien sûr que non. Il y a de bons chroniqueurs chez Bifrost et des mauvais, comme c’est exactement le cas sur tous les autres sites en ligne et chez les blogueur·ses.
Sauf que si tu n’explores pas ces sites, tu n’en parles pas… tu étouffes l’info et la diffusion.

Alors tu as le droit, hein, d’avoir ton aberration écologique à toi, on a tous de mauvaises pratiques à se reprocher, tu as le droit de te reconnaitre dans une ligne éditoriale tenue par des boomers qui ne sont pas capables d’ouvrir les yeux sur leur racisme/sexisme… mais, si l’on veut promouvoir la SF en France, si l’on veut promouvoir nos auteurices, si l’on veut briller un peu… ils ne seront pas dans la danse.
Et le site d’ActuSF est sans doute bien plus utile que Bifrost.

— Mais, du coup, là, ton billet, c’est plus un coup de gueule qu’une info ! J’ai rien appris !
Ouais… Voilà, c’était samedi soir, moi aussi, je peux avoir des humeurs.

Parce que, tu vois, dans mon précédent billet, j’évoquais le sujet du livre de genre en France et il faut être très réaliste. Il y a peu d’éditeurices SFFF et, pour être pérennes, chacun·e d’elleux ne doit pas publier plus de 25/30 titres par an. Si tu ôtes quelques classiques, des valeurs sures pour faire un peu d’argent, un peu d’auteurices internationales parce que le français ne cause pas super bien anglais, il n’y a quasi aucune place pour de nouvelles plumes et, rapidement, tu vois que les « nouvelles » plumes, ce sont deux/trois personnes qui vont rester « nouvelles » quelques années.
Je ne blâme personne : y’a pas le choix. Dans le système actuel, du livre, capitaliste, on ne peut pas faire mieux.
En parallèle, on a peu de festivals de genre et un public qui ne se renouvelle pas forcément.
— Ouais, t’exagères, on a les Utopiales et…
Vraiment ? UN gros festival à l’échelle d’un pays comme la France, ça suffit ?
Pendant ce temps-là, de grosses conventions geeks représentent l’imaginaire en France : jeux vidéo, mangas, Cosplay…

Alors, on a tous le droit d’être le vieil oncle raciste de Noël, hein…
Le souci, c’est que, pendant qu’on se satisfait de l’obsolescence, on est absent de la réalité.

  1. Tu veux dire naïve… ↩︎
  2. Sérieux, si tu me sors un ou deux titres d’une nana débutante en me disant que, si, ils font le taf, je ne vais pas te suivre ! ↩︎

Procrastination et Fatigue sont dans un bateau

La procrastination est considérée comme un défaut. Il ne faut pas y succomber, il convient de la combattre, de lui trouver des solutions.

Nous sommes bombardées d’injonctions à la performance, à la réussite. Tu dois « faire des choses », de ta journée, de tes vacances, de tes soirées, de tes week-ends.
Tu te dis écrivaine et tu n’as écrit qu’un seul roman ? Comment oses-tu te sentir légitime ? Inscris-toi à cette session de coaching pour exploiter tout ton potentiel !
Tu aimes le sexe, mais tu n’as des rapports qu’une fois par an ? Tous les dix ans ? Tu as un problème, il faut que tu le fasses plus souvent !

Quand j’étais enfante et que mes parents n’avaient pas de solution de garde, iels devaient m’emmener à leur travail. On est dans les années 1970, 1980… Point de consoles de jeux vidéo portable…
J’imagine que, parfois, je devais lire. Dessiner ? Non, je n’y suis jamais vraiment arrivée. Je faisais des colliers de trombones, of course, mais, surout… je m’ennuyais.
Ma mère me disait alors que l’ennui était une bonne chose, source de créativité. Je pouvais utiliser ce temps pour inventer des histoires, par exemple.

J’ai plusieurs soucis de santé qui tous ont ce point commun : la fatigue. Ajoutes-y le cycle menstruel et une allergie ou intolérance et on est pas mal : être « en forme » est un doux mythe pour moi.
Ca m’est peut-être arrivé quand j’étais enfante, mais je ne m’en souviens pas.

Pourtant, si mon corps est indolent, si je ne semble jamais agitée, si je ne cours pas entre deux réunions… mon esprit, lui, fume un peu trop à en croire mes esclaves ami·es.

Sans doute parce que j’y étais obligée par mon corps, j’ai appris à vivre avec cette compagne, Fatigue. Je ne lutte pas. Je sais que, à un moment donné, je vais avoir un pic et que je pourrais faire tout ce qui attend. Alors je fais des To do list et des tableaux Excel-like de suivi, je note absolument tout dans mon agenda, du thé avec une pote à la réunion récurrente.

Les années ont passé. Je n’ai ni enchainé les conquêtes amoureuses ni les prix littéraires.
Il y a eu des tas de jours où j’avais l’impression de faire du surplace, sans compter les fois où je retournais en arrière (et dont je parle dans ce billet d’il y a un peu plus d’un an). Et, pourtant, quand je regarde en arrière, quand je me plonge dans mes « petits dossiers », je me dis que c’est pas mal du tout. Ma bibliographie n’est pas longue comme un jour sans pain, mais satisfaisante comme les cookies que je réussis à tous les coups.

Lors d’une conversation récente, une personne expliquait qu’elle devait donner un objet à une deuxième personne « parce qu’elle n’allait quand même pas le jeter ». La deuxième n’en voulait pas et a refusé. Parce qu’elle l’aurait jeté si elle l’avait pris et… autant que la première le jette directement.
Ca m’a fait tilt. La première n’envisageait pas un refus « puisqu’elle ne pouvait pas jeter ».

Nos vies sont tellement saturées d’injonctions qu’on ne les perçoit plus comme telles.
« Tu ne vas quand même pas procrastiner ? » | ‘Tu ne peux pas écrire le même roman / jeu de rôle / … pendant n années ? » | « Tu ne vas pas jeter ? » | « Tu ne peux pas ne pas baiser si tu ne l’as pas fait depuis n années ? »

En réalité, hormis nous nourrir, nous soigner, dormir et ne pas nuire à autrui… nous ne sommes absolument obligées à rien.
Il n’y a aucune raison que nous finissions le roman que nous écrivons alors que le marché du livre est saturé.
Si nous sexons une fois par an, nul doute que celles et ceux qui ont besoin de plus trouvent d’autres partenaires que nous, nous ne leur sommes pas indispensables.
Ca ne changera pas la fin du monde que nous ayons passé nos vacances à les remplir de randonnées ou à mater des séries sur Netflix.

La procrastination n’est présentée comme un défaut que parce que la société / le collectif veut nous faire renoncer à notre consentement éclairé. Comme on « doit » faire quelque chose, au lieu de se demander « ai-je envie de le faire ? », rapidement, on en vient à « je vais le faire », parce que ce sera mieux perçu que de refuser une invitation, parce que « ça ne se fait pas quand même ».
Et, pour toutes les personnes « différentes » à qui cela demande plus d’efforts que la moyenne des autres, sur leurs souffrances s’ajoute ce sentiment d’échec, cette punition supplémentaire.

Cette chère Fatigue m’a appris à dire « non », facilement, sans aucun sentiment de culpabilité.
Cette chère Fatigue m’a ramené perpétuellement à mon consentement : en as-tu vraiment envie ?

Un jour, j’ai pensé que « le ménage devrait vraiment être fait », mais je n’en avais pas du tout envie. J’ai exprimé mon désarroi à voix haute et Cadette m’a répondu :
— Tu attends des invités ?
— Non, pas du tout.
— Alors ça n’a aucune importance !
Là, il y aura tout un tas de gens — qui ont tellement abandonné leur consentement depuis trop de temps qu’iels ont envie qu’on souffre aussi — pour dire : « Oh, cela devait être bien sale / bordélique / whatever », mais, en réalité, si les poubelles sont sorties, que le plan de travail de la cuisine est propre, que le lave-vaisselle a tourné… une maison est tout à fait vivable avec de la poussière dans la bibliothèque.

La procrastination n’a rien d’un défaut. Si tu n’as pas envie, tu as le droit de dire « non » ou « plus tard ».

Ce billet est approuvé par la Confrérie des Chats d’appartement.

— Mais, du coup, il est déjà 21h30. Tu comptes finir d’étendre le linge avant d’aller dormir ?
— Oh, ça va !

De la colère

A moins que j’ai grave loupé quelque chose, la vie n’est pas un long chemin paisible parsemé de pétales de fleurs odorants.
Du coup, y’a des fois où on est mal, en colère, déprimé·e, révolté·e… et, parfois, on l’est tellement que ça déborde de partout. Et on aimerait que l’Autre, à défaut de nous comprendre, nous dise qu’iel ne sait pas ce qu’on ressent, mais qu’iel se sent solidaire.
Parfois, c’est un énervement perso, lié à notre histoire propre, et, parfois, c’est lié à des choses plus globales, comme la nième remarque sexiste, raciste, homophobe, transphobe…
Quand t’es bien énervé·e, t’as envie de sentir du soutien, de l’empathie… pas d’entendre Duduche t’expliquer que tu dessers ta cause car tu es trop extrême.
Duduche, c’est pas un mauvais bougre, mais il en tient une bonne, quand même. Parfois, il t’explique que, lui, il ne s’est jamais disputé avec sa femme. Il est pour la paix, toussa. A chaque fois, tu t’es mordu les lèvres pour ne pas lui rétorquer qu’il ne s’est jamais disputé avec sa femme parce que… il ne l’a jamais écoutée !
Si vos émotions sont plates sur l’encéphalogramme, c’est que vous êtes… mort·e !
Une vie sans dispute, sans s’énerver, sans passion, sans agitation… elle a un coût : celui de la fuite et du déni.
– Cenli, t’es trop extrême, y’a des gens, tu sais, ils sont super calmes et, pourtant, ils ressentent des émotions et ils se révoltent face aux injustices et…
– Je sais. Moi, j’ai une Ferrari dans mon garage, mais je ne la sors pas pour ne pas rendre les voisins jaloux.

Le combat qui ne tache pas

J’aime beaucoup l’idée que le combat féministe devrait être « modéré ».
Parce que, en fait, si t’es une nana, même quand tu combats, tu devrais te la boucler.

Spoiler alert : un combat n’est pas modéré. Il est rendu nécessaire quand les victimes décident de ne plus l’être.
Un combat est dur, violent. Et la responsabilité morale est sur la conscience de l’agresseur/oppresseur.
(Marche avec toutes les luttes.)

Merci. Bisous 💜

L’écriture inclusive est difficile pour les dys…

– Alors, en fait, mon chéri, c’est pas l’écriture inclusive qui est difficile quand tu es dyslexique. C’est l’écriture. Tout court.
– Oui, mais on doit faire en sorte que les dys puissent écrire facilement !
– Tu peux demander à Siri d’envoyer tes textos.
– Oui, mais non, les dyslexiques doivent écrire !
– Le gars en fauteuil roulant qui ne peut pas marcher, il doit marcher ou alors on doit développer de bons fauteuils roulants, des rampes d’accès, etc. ?
– C’est pas pareil ! (Non non, bien sûr, si tu ne peux pas marcher, tu ne peux pas, mais si tu ne peux pas écrire, tu dois quand même…) En cas de panne, ton Siri, il ne marche pas !
– C’est sûr que, en cas de panne d’électricité généralisée, de pandémie ou d’invasion zombie, c’est ultra-important de ne pas faire de fautes d’orthographe.

Ce n’est qu’à 40+ que j’ai découvert mes propres handicaps, mais c’est beaucoup plus tôt, en tant que mère, que j’ai expérimenté le handicap.
Ce que j’en ai retenu, c’est que les humain.es prenaient soin les un.es des autres, créaient des outils pour se faciliter mutuellement la vie, toussa toussa…
Et en cas d’attaque zombie ?

Je vis en prenant du Levothyrox, de l’acide folique, du fer…
En cas d’attaque zombie, sans médocs, je m’éteindrais doucement. Ça ne veut pas dire que je doive arrêter les médocs now, quand ils sont dispos, ça veut dire que je sais que, si les temps devenaient durs, je serais dans les premiers départs.
Mais je n’ai aucune raison d’avancer ce départ.

Il n’y a pas de combats ou de causes qui doivent être abandonnées car moins importantes ou moins fondamentales.
Nous avons les ressources humaines pour lutter contre tous les maux, toutes les discriminations, aider tou.tes les malades, tou.tes les handicapé.es…
A nous tou.tes, nous pouvons tout faire.

– Ouais, mais quand même, ce serait mieux de pouvoir écrire…
– Alors, en fait… SPOILER : on meurt tou·tes à la fin, quelque soit la façon dont on vive. On peut forcer quelqu’un.e qui ne peut pas faire quelque chose à le faire quand même… ou on peut juste produire des outils de plus en plus géniaux pour que chacun·e d’entre nous puissent passer son temps à faire ce qu’iel aime, lire ou manger des glaces, se faire bronzer ou jouer au foot… et si on veut se forcer à faire un truc qu’on ne peut pas car on aime le défi, alors, oui, il faut le faire… pour soi, pas pour les autres.

En fait, on peut tou·tes vivre en paix en se faisant du bien, sans se forcer, si on choisit de le faire…

DLC sur les nanas ?

Je vois circuler un texte plein de bonnes intentions pour dire aux femmes de 40+ que, même si elles se sentent moins jolies qu’à 25, elles ont de l’expérience et tout.
C’est écrit dans quelle tablette de marbre « moins jolie » ?
Une femme de 40 ans est en général belle différemment d’une femme de 25 et les deux sont belles. Comme l’est celle de 60.
A l’échelle individuelle, il y a des âges où nous serons moins belles car abruties par les soucis ou le chagrin ou… et d’autres où nous serons épanouies.
Perso, à cause de mon hypothyroïdie non soignée jeune adulte + les hasards de la génétique, « on » m’a clairement dit que j’étais plus belle à 45 qu’à 25.
Je n’ose pas aborder les mecs plus jeunes non pas que je me sente moins jolie, mais parce que, de toute façon, je n’ose aborder personne.
– Ouais, mais tes seins sont un peu moins fermes et… ?
– Et quoi ? On vit dans une société nudiste ?
Bref, méfiez-vous de vos bonnes intentions. Je ne vois rien de rassurant à tenter de confirmer que les femmes seraient plus ou moins charmantes en fonction d’une date de péremption qu’elles devraient compenser par de l’expérience ou de la maturité.
Et… spoiler : la sagesse et la maturité n’existent pas. L’âge adulte n’existe pas. Depuis la naissance, nous sommes juste de petits animaux qui nous débattons avec nos contradictions.

Où je parle notamment d’“Oh my ghostess”…

L’amitié homme-femme n’existe pas.
J’ai réentendu cette phrase hier, au détour d’une comédie romantique. Ça n’avait rien de surprenant, ça allait dans l’histoire, le héros est jaloux du meilleur ami de l’héroïne.
Ça allait dans cette histoire, mais c’est tellement bête…
L’amitié homme-femme n’existe pas ?
Alors… déjà, cela présuppose un cadre hétéronormé et ça doit se décliner ? Les bisexuels n’ont aucun ami ? Et, pour les asexuels, c’est la fête ?
En fait, cette bêtise est lourde de sens parce qu’elle pose bien en définition que l’amour est l’amitié-avec-du-sexe. Amour et amitié ne seraient donc pas des concepts qui représenteraient une intensité de relation, mais qui seraient définis par la présence ou l’absence de sexe.
Beaucoup de couples qui “fonctionnent” disent qu’ils sont “meilleurs amis”. S’ils emploient ce terme de “meilleur ami”, c’est bien qu’il signifie quelque chose de particulier à leurs yeux qu’ils ne peuvent pas rendre par “nous sommes amoureux”.
Et, sinon, on en reste là : ce serait de l’amour si on trouve une personne juste sympa et qu’on veut coucher avec elle, mais de l’amitié si on a un lien très fort avec quelqu’un, mais qu’on n’a jamais songé à le sauter ? Et on a inventé « amour platonique » pour se filer des maux de tête ?
Les mots nous servent à communiquer, à échanger. Pour qu’ils soient utiles, nous devons être d’accord sur leur définition. “Table” ou “chaise” font normalement consensus.
“Amour” et “amitié” n’ont juste aucun sens. Ils ne servent à rien. Ou, plutôt, ils ne servent qu’en fiction, quand on utilise des clichés.
– Et, du coup, on fait quoi ?
– Aucune idée…

J’ai récemment regardé le drama Oh my ghostess et je vais largement spoiler dans ce qui va suivre. Du coup, je préviens même si je ne vois pas trop la notion de spoiler dans une histoire romantique, on sait très bien que le méchant sera attrapé et les amoureux ensemble à la fin, mais bref…

Oh my ghostess
Lui est chef cuisinier, arrogant, solitaire.
Elle1, introvertie parce qu’elle voit les fantômes, travaille pour Lui et en est secrètement amoureuse.
Elle2 est morte brutalement et erre en fantôme, persuadée que le gros regret qui la retient sur Terre est qu’elle était vierge. Du coup, maintenant qu’elle est morte, elle n’a plus aucune timidité face aux hommes.
Elle1 et Elle2 ont des énergies (essences ?) très en phase, négatives. Lui possède une énergie positive dont elles ont besoin.
Comme Elle1 ne se sent pas d’aborder Lui, elle laisse Elle2 la posséder.
Je suis allée voir quelques critiques de la série et l’une d’elles m’a frappée parce que j’ai ressenti (instinctivement) la même chose : Elle2 possède Elle1 trop longtemps, les deux personnages n’alternent pas assez, si bien que ce qu’on ressent, c’est que Lui est amoureux d’Elle2 et pas d’Elle1 (ce qui est contraire au but de l’histoire — et l’argument-tristesse même d’Elle1 a un moment).
Sauf qu’il y a une autre lecture. Et que, au choix, elle est tirée par les cheveux (si on s’en tient à la définition de l’amour telle qu’on nous l’impose) ou elle marche parce que ça fait sens.
Lui est attiré par Elle1 parce qu’elle est petite et fragile (il pense à elle comme “un petit chiot’ — no comment) et par Elle2 parce qu’elle est sexuellement entreprenante. (Et les trois partagent une passion commune pour la cuisine.) C’est d’ailleurs résumé quand une journaliste lui demande sa femme idéale : “timide le jour et chaude la nuit”.
Plusieurs fois, on nous explique que les deux jeunes femmes se ressemblent beaucoup : Elle2 est devenue entreprenante après sa mort, parce qu’elle a compris qu’on ne vivait qu’une fois, toussa toussa. Elles ne sont pas différentes l’une de l’autre, elles ne sont juste pas au même moment de leur évolution (petit chiot, pokémon…) et Lui ne couchera pas avec Elle1 tant qu’elle n’aura pas évolué, en fait. Avant cela, il l’aime en lui tenant la main et en la surprotégeant.
– Du coup, où veux-tu en venir ?
– Si le marqueur de l’amour est le désir sexuel, alors, effectivement, Oh my ghostess a une énorme faille scénaristique parce que Lui est tombé amoureux d’Elle2 et rater l’aspect amoureux d’une comédie romantique, ben, c’est le plus gros fail.
Si le désir sexuel n’est que le piment de l’amour, alors Lui est amoureux d’Elle1 qui réveille ses instincts protecteurs (c’est pas mon truc, mais chacun a ses raisons d’aimer) et il ne fait que désirer Elle2. Et il désirera Elle1 quand sa libido à elle se réveillera.
Quand j’étais petite (enfante ? ado ?) et que je lisais, je détestais la description du désir sexuel qu’on faisait chez l’homme. On me disait d’un côté que l’homme devait désirer la femme qu’il aimait, mais que c’était un animal qui sautait sur tout ce qui bouge, qui désirait toutes les femmes belles, etc.
J’avais la tête farcie de clichés qui n’avaient aucune logique et auxquels j’essayais de trouver un sens. La notion d’amour me rendait malade car elle était farcie de sexe.
(Ça me mettait même mal à l’aise avec la notion de « femme belle », comme si les femmes étaient classées en fonction de l’intérêt sexuel que les hommes leur portaient — ce qui est bien ce que la société voudrait, en fait.)
(Spoiler : Toutes les femmes sont belles. Pour elles-mêmes, pour leurs copines, leurs sœurs, leurs mères… et les hommes n’ont juste rien à voir dans l’histoire.)
Jeune adulte, j’ai longtemps considéré qu’un homme devait être beau/désirable, que l’attachement se mesurait au désir sexuel…
Ces derniers temps, j’ai regardé beaucoup de séries coréennes et les deux marqueurs (fictionnels, je ne sais pas la réalité sur place) de l’amour très très fort sont “se tenir la main” et “se prendre dans les bras pour se consoler”.
– Et du coup ?
– Je suis incapable de dire si Oh my ghostess me plaît ou me déplaît. J’aime bien les histoires de fantômes, il y a le meurtre d’Elle2 à résoudre, Jo Jeong-seok (qui joue le héros) a un charme très particulier… mais je n’ai aucune idée de si l’histoire d’amour a été mal pensée et bugue ou si, au contraire, c’est une bonne réflexion sur la nature de l’amour… d’autant qu’Elle1 a une histoire d’amitié avec l’un de ses collègues (incarné par Kwak Si-yang qui est un sacré beau gosse) et dont ils n’ont pas fait un triangle amoureux, ce qui laisse penser que tout a été voulu délibérément.

Le confinement, c’est un peu comme les chagrins d’amour…

Tu te retrouves avec relativement plus de temps libre (même si tu as d’autres tâches, confiné·e, t’as les transports en moins, les barbecues chez les potes qui sautent… et, largué·e, tu récupères tout le temps que tu gaspillais avec un·e chéri·e) et des injonctions à le remplir « utilement » alors que, toi, tu sais qu’il n’y a qu’une chose à faire : attendre que le temps passe en bouffant de la glace au chocolat.