Ce jour-là (bis)

En guise de cadeau d’anniversaire de soi à soi, elle avait décidé de passer cette journée déconnectée. De tout réseau. Elle n’avait allumé ni son ordi, ni même son smartphone.
Aussi, ce n’est que le lendemain qu’elle apprit que l’Apocalypse avait déjà eu lieu.

Quiche ultra-facile

  • 1 pâte brisée toute prête (230/250 g)
  • 1 petit pot de crème fraîche ou 1 brique de 20 cl de crème liquide et/ou du lait
  • 1 barquette de lardons (100 g)
  • 2 œufs
  • emmental râpé

Faites préchauffer votre four à 200°.
Étalez la pâte dans votre moule à tarte en conservant le papier cuisson qui l’emballe.
Mélangez les œufs, la crème fraîche, les lardons et l’emmental autant que d’envie (j’ajoute du lait au feeling et en fonction de la crème fraîche dont je dispose au départ) et garnissez la pâte.
Faites cuire 35 minutes.

Love Story

J’aime les histoires d’amour. Vraiment. Ça fait partie des ressorts d’intrigue qui peuvent bien fonctionner et te prendre à parti. J’ai même aimé des comédies sentimentales (je les aime toujours) et lu Orgueil et Préjugés sans y être obligée.
D’ailleurs, je suis assez contente des histoires d’amour que j’ai moi même écrites 😛
J’imagine que cette déclaration peut sembler manquer de modestie, mais, à vrai dire, quand vous mettez vos textes à disposition du public, pour qu’il les lise, c’est bien que vous en êtes content ?

Sauf que…
Le principe d’un ressort d’intrigue, c’est qu’on doit y croire. On doit sursauter, s’exclamer « Oh, ben, merde alors ! », aller vérifier sur Wikipédia se qui se passe ensuite parce que, là, clairement, il est minuit et on n’a pas le temps pour regarder un nouvel épisode…

Je suis une grande fan de Buffy contre les vampires. J’ai adoré son histoire avec Angel, pleuré quand il la quitte à la fin de la saison 3 et… adoré son histoire avec Spike. Whedon a su me convaincre d’adorer un nouveau couple alors que je n’avais pas accroché à Buffy/Riley puisque, dans mon cœur de midinette, aucun partenaire ne pouvait valoir le ténébreux vampire.
Typiquement l’intrigue que je salue et qui me donne envie à mon tour de raconter des histoires.

Par contre, j’ai été plutôt agacée par Bones. Globalement, c’est une série que j’aime bien. Parce que c’est du policier. Parce que Boreanaz est un très bel homme. Parce que j’adore le Dr Brennan et sa façon abrupte de parler à laquelle je m’identifie sans souci (mes amis ne me remercient pas 😛 ).
Il est admis que, dans ce genre de séries, on te plante une intrigue sentimentale entre les deux personnages principaux. Ça me semble toujours un peu trop artificiel : Machin décide de sortir en quelques jours seulement avec l’inconnu de service, mais attend trois/quatre ans pour sortir avec une personne qu’il apprécie vraiment ? Je veux dire : dans la vie, y’a les gens qui prennent leur temps et ceux qui se précipitent d’une histoire à l’autre, mais peut-on être les deux en même temps ?
Malgré tout, je reste bon public. Mais y’a des limites et Bones les franchit allègrement : Booth revient en début de sixième saison en couple, mais le couple vole en éclats aussi facilement qu’il s’est formé et, paf, Brennan et Booth couchent ensemble et elle est enceinte et…
Je continue de regarder parce que c’est une série qu’on aime regarder en famille, mais… tous les fils amoureux ont décroché mon attention.

Et puis… On m’a conseillé et passé Arrow. C’est une série tout à fait pour me plaire : super-héros, action, méchants criminels qu’il faut arrêter…
Et parce que notre héros est avant tout un homme, on case une belle petite idéaliste, toute mimi. OK, c’est le jeu, no soucy.
Sauf que la belle petite n’est pas un cœur à prendre, mais… l’ex ? Hum, ça ne démarre pas fort. Je sais bien qu’il est admis, en fiction, qu’un ex peut être un futur, contrairement à la vie réelle où le mot « ex » garde tout son sens, mais quand même… Passons. C’est son ex parce qu’ils se sont grave disputés ou… ? Non, ce serait trop « facile » : monsieur était fiancé à madame et il l’a trompée avec… sa sœur ? Et pas juste un soir par erreur, parce qu’il avait trop bu, parce qu’ils s’étaient disputés avant ou… Non, il a emmené la sœur en croisière et elle y est restée, morte noyée.
Sérieux, les gars ? Vous voulez vraiment nous bâtir une romance sur de telles fondations ?
Alors, perso, spectatrice lambda, je me dis que madame doit haïr monsieur ou, au moins, le mépriser profondément. Ben, non… Dès les premiers épisodes, ils partagent une glace ensemble, confortablement calés dans le canapé et, au 5e épisode, elle l’embrasse en reconnaissant qu’il reste une attirance entre eux. WTF ? Il lui faut quoi, à madame, pour être dégoûtée d’un mec ???
Ne le prenez pas mal, les gars, mais je vais avoir vraiment beaucoup de mal à m’attacher aux rebondissements sentimentaux d’Oliver Queen…

De toute façon, autant que je me débarrasse de mon cœur de midinette avant que ne sorte Veronica Mars, le film. J’ai aimé la série, ses trois saisons et adoré le couple Veronica/Logan. Pas le genre d’histoires dont on a envie de connaître les « dix ans plus tard »1
Les histoires d’amour ne durent pas et notre travail est de le raconter sans que le lecteur nous en veuille.

  1. Bon… La Cenlivane du futur doit avouer qu’elle a adoré le film malgré tous ces doutes… ↩︎

Adolescence, ce cap difficile

Cadette : « C’est simple d’élever un·e ado geek : un ordi par enfant, une bonne connexion internet et une pizzeria à proximité ! »

Pourquoi éduquer quand on peut supprimer ?

Ce matin, ActuaLitté publie : RIP droit d’auteur : « La solution ‘naturelle’ serait un retour au mécénat ».
Si j’ai tout bien compris (et je n’exclue pas que ce ne soit pas le cas), l’expert interrogé est un… professeur de philosophie. J’avoue que j’ai du mal rien qu’avec ce préambule : pour parler de droit d’auteur, j’attends des auteurs, des experts en droit, en économie… mais en philosophie ?
Passons.
Et résumons :
Comme il n’est plus possible de défendre le droit d’auteur contre le piratage, revenons aux temps jadis où l’auteur avait un mécène.
Tout simplement.

Sérieusement, il fait beau, je suis en vacances… Pourquoi est-ce que je lis ce genre d’articles ? Pur masochisme ?

Argument : autrefois, c’était comme ça.
Et alors ?
Autrefois, il n’y avait pas de machines à laver, pas d’ordinateur, pas de péridurale, pas de…
J’ai tendance à penser que, quand on sort la pancarte « autrefois », c’est qu’on est vraiment à court d’arguments et qu’on en vient à dire des âneries.
Non, pour des tas de bonnes raisons, personne ne veut revenir à autrefois, avec la maladie, l’espérance de vie courte, peu de gens qui savaient lire…
Bref, qui a envie de revenir en arrière par rapport à la Déclaration universelle des droits de l’homme ?

Argument : comme on ne peut pas défendre la propriété des auteurs, abandonnons-la.
Ben, évidemment. Dépossédons ceux qu’on ne peut défendre, ça ira plus vite.
Sérieux ? C’est un argument ?
Ça me fait penser à toutes les bêtises qu’on a entendu sur le piratage, comme s’il avait absorbé toutes les ventes du monde et que l’industrie culturelle s’était écroulée.
Ce n’est pas le cas.
Ou, alors, quand je vais faire un tour à la FNAC, on me projette une réalité virtuelle.

1/ L’industrie culturelle se porte bien. Si les industriels peuvent faire rentrer de l’argent, ils peuvent payer des droits d’auteur.
2/ Le fait que l’on puisse obtenir un bien facilement ne rend pas obsolète le droit de propriété.
3/ Si vous aimez une oeuvre que vous avez piratée, vous allez probablement acheter/offrir une autre oeuvre de l’artiste. Sauf si vous n’avez vraiment pas compris que l’auteur a besoin de vivre, mais, dans ce cas, ben… tant pis. On ne change pas les règles pour une poignée de réfractaires.
4/ Si vous piratez parce que vous n’avez pas de quoi vous offrir des œuvres culturelles, de toute façon, vous n’avez pas d’argent pour le circuit donc le circuit ne perd rien.

« Internet clôt l’ère de l’imprimerie, de la propriété privée intellectuelle et du droit d’auteur […] et nous ramène à la condition de l’auteur et de l’artiste […] sous la protection d’un mécène. »

Non. Internet permet juste à plus de gens de s’exprimer, pour dire n’importe quoi aussi.
Toute cette bataille contre le droit d’auteur, comme s’il nuisait à quelqu’un, ça devient vraiment lourd, très lourd.
Mais autant répondre tranquillement à chaque mauvais argument. Parce qu’il ne suffit pas de répéter une bêtise pour qu’elle devienne une vérité profonde.

Le temps et les vacances ou les aventures farfelues de Cenlivane l’été

Est-ce génétique ?
Mon grand-père paternel collectionnait les montres et mon père à son tour. Comme il convient de voir grand au fil des générations, je me suis mise à collectionner les horloges.
Bref, je suis fascinée par le temps depuis toute petite, j’adore les histoires de voyages dans le temps (ma nouvelle Un Rêve étrange… est d’ailleurs sur ce thème), de paradoxes temporels, de…
Je me suis déjà penchée sur la distorsion temporelle après 21 heures, mais peut-on passer sous silence la distorsion temporelle que nous subissons aux vacances ?

Le congé, c’est un peu… le petit plaisir à venir qui nous fait tenir au boulot, l’attente, l’anticipation, le « tu vas voir tout ce que je vais faire quand je serai en vacances ! »
Et puis, le temps étant linéaire et allant toujours de l’avant, elles arrivent enfin.
Par principe, tu ne te lèves pas avant 9:00, quoi, c’est les vacances !
A 10:00, tu es devant ton écran, l’œil un peu vague, à regarder ton fil Facebook en sirotant ton deuxième café.
A 11:30, à peine habillée, tu te demandes ce que tu vas faire à déjeuner.
A 13:00, tu es au supermarché, paniquée, parce que tu n’as vraiment plus d’idées pour les repas. Parce que, en vacances, tu n’as pas un seul repas du soir à imaginer, non, mais bien DEUX repas. DEUX par jour !!!
A 15:00, alors que tu charges le lave-vaisselle, un coup d’œil sur l’horloge te fait songer qu’il faudrait que tu prépares le goûter.
Parce que c’est les vacances ! Tu ne vas quand même pas bouffer des plats tout prêts et autres choses non élaborées !!!

A la fin de tes vacances, quand tu reprends le travail, tu as juste fait à manger, fait tourner la machine à laver le linge, passé l’aspirateur et vu deux épisodes de ta série télé préférée.
Et, là, au boulot, dans la poussière grise qui s’est accumulée pendant ton absence, il est à peine 10:00 que tu as déjà répondu à tous tes méls et traité deux dossiers.

Pourquoi ? Est-ce un complot pour que le travailleur aime sa condition ?
Pourquoi aucun roman ne sortira d’aucune de tes périodes de congés ?

Parce que le temps est manipulé.
Par les E.T.
Ou par mon oncle Joe.
Ou par la NSA.

En tout cas, j’ai des preuves : mes horloges cliquettent sur les murs, je vois tout !!!

Ah, ce domaine public…

Puisque je suis lancée sur le sujet, un petit billet pour conclure cette journée 😉

Numerama a titré : le domaine public est bien une chance pour l’oeuvre.
Et j’ai envie de répondre : même sans chiffre, on aurait pu le deviner.
Le domaine public, c’est des Alice au pays des merveilles, des Sherlock Holmes, Molière… Des classiques qu’on vendra encore pendant longtemps et qui ne sont que sécurité pour l’éditeur qui n’a pas à verser de droits d’auteur et est certain d’avoir un public.

Cette comparaison n’a, tout simplement, pas de sens.
1/ L’auteur d’Alice n’a pas de facture d’électricité à payer (quoique ? dans un monde parallèle ?) ;
2/ il est forcément plus célèbre que n’importe quel auteur moderne qui doit faire sa place au soleil ;
3/ si les auteurs ne sont plus payés, la littérature moderne ne gagnera pas la postérité car… il n’y en aura plus.

Voilà, c’est un peu un coup d’épée dans l’eau car Numerama est un site qui a de l’audience et, moi, je pousse juste un cri d’alarme sur un blog confidentiel.
Mais, au moins, je l’ai dit.
A force de tout confondre, de se tromper de combats, on fonce dans le mur.
Les auteurs sont amalgamés aux grosses sociétés et ce sont eux qui paieront les pots cassés.
Mais Cassandre était une sibylle, ça a dû déteindre sur moi…

L’oeuvre littéraire, résultat d’un travail…

Normalement, dans mes bonnes résolutions à moi que j’ai, y’avait noté « essayer de ne pas dire deux fois la même chose ». A l’oral, j’en suis bien incapable et mes amis ont menacé plusieurs fois de m’étrangler, mais, sur ce blog, je comptais bien y arriver, ne serait-ce qu’avec la fonction « recherche » 😛
J’avais donc écrit, en septembre 2012, qu’écrivain était un métier. C’est une petite chose banale et évidente, mais ça ne faisait pas de mal de l’écrire noir sur blanc.

Vendredi, je répondais à Calimaq au sujet d’un billet qu’il avait publié sur son blog et il m’a répondu à son tour, dans les commentaires. Et, dans sa réponse, il file un lien : l’interview d’un auteur pseudomisé Pouhiou.
Comme je suis curieuse et en vacances, je suis allée voir et je me suis figée :

Enfin, j’ai pris conscience, vivant moi-même à l’époque d’allocations Assedic, que tous les artistes que je connais créaient sur de l’argent solidaire. Retraite, cours et boulots associatifs, fonctionnariat, intermittence, art et emplois subventionnés, souscriptions (l’ancêtre du crowdfunding). Le temps pour créer, on le dégage toujours sur des plans et de l’argent mis en commun. On ne l’a jamais vraiment mais on le prend sur ce qu’on peut. Si ce temps, cet argent me vient de la communauté, pourquoi ne pas lui rendre ce qui s’y est produit ?

J’imagine que le retraité, qui a bossé toute sa vie et peut enfin profiter du fruit de son labeur, appréciera.
Pour ma part, je vais la jouer solo et me contenter de rappeler qu’être fonctionnaire (mais vous pouvez mettre ici « intermittent du spectacle » ou…) n’est pas un « plan pour profiter de l’argent commun », mais un emploi pour gagner honnêtement sa vie, nourrir sa famille, payer l’eau et l’électricité…
Quand l’écrivain est à son boulot de fonctionnaire, il fait son boulot. Pour lequel il est rémunéré.
Quand il écrit et qu’il a un autre travail, c’est sur son « temps de loisir », temps qui est à lui. Tout seul.
C’est déjà souvent délicat à gérer car avoir deux métiers n’est pas évident, mais je ne sais pas ce qui me fait le plus réagir, de l’idée que le fonctionnaire est un glandeur payé à ne rien faire ou que l’écrivain est un profiteur qui abuse d’un système…

Enfin, dans sa réponse, Calimaq avait un mot de fin :

Hannah Arendt a écrit dans Condition de l’homme moderne : « Nous avons transformé l’œuvre en travail ». Dans son esprit, c’est une catastrophe pour la civilisation.

J’ignore le contexte de cette déclaration donc ne me prononcerait pas sur elle sans savoir, mais, clairement, je nous invite tous à défendre notre travail, à le faire respecter en tant que tel.
L’écrivain est un travailleur qui a des droits.

Le Domaine Public Vivant…

… mais… POURQUOI ?

Suite à mon billet publié un peu plus tôt dans la journée, des liens ont été filés lors de discussions et je les ai suivis et…
Si ma procrastination naturelle ne m’en empêche pas et les vacances aidant, il est possible que j’essaie de causer plus largement des problématiques autour du droit d’auteur.

Le temps de ce billet, je vais revenir sur un article publié il y a deux jours : Reconnaître le Domaine Public Volontaire sans fragiliser l’auteur dans les contrats d’édition (Réponse à la SGDL).
Une réponse à une réponse, en somme 😉

Actuellement, il existe un système : les licences Creative Commons. Et elles sont expliquées en détail sur un site dédié.
Le concept est tout bête, mais bien pratique : l’auteur annonce, sur la publication de son oeuvre, l’usage qui peut en être fait, si l’oeuvre peut être reproduite, modifiée, etc.
A côté de ce système avec un étiquetage simplifié, il reste le traditionnel échange de courrier : vous êtes libre, en tant que créateur, de contacter un autre créateur et de lui demander l’autorisation de travailler/modifier/que-sais-je une de ses créations. C’est ce qui est arrivé récemment à une amie qui a été contactée par un étudiant étranger qui souhaitait faire une BD à partir de l’un de ses textes.

Bref, nous avons une situation convenable, qui fonctionne, mais qui ne convient visiblement pas à tout le monde puisque Calimaq souhaite que l’auteur puisse laisser son oeuvre dans le domaine public… et ne jamais revenir en arrière. En mariage sans le droit de divorcer en quelque sorte.

La SGDL est certainement dans son rôle en recommandant la prudence au législateur et personne ne veut de fragiliser le statut des auteurs. Mais les traiter obstinément comme des éternels mineurs, incapables de faire des choix raisonnés concernant la diffusion des leurs créations, n’est pas un bon service à rendre au droit d’auteur lui-même.

Et je réponds juste « oui, mais non ! ».
Le droit à l’erreur, le droit de changer d’avis… ce n’est pas considéré une personne comme un « éternel mineur », cet argument n’est pas sérieux. On a le droit de se tromper ou de, juste, changer.

Alors je demande juste POURQUOI ?
Pourquoi vouloir changer une loi, qui ne pose pas de souci, pour fragiliser encore plus les auteurs en leur interdisant la possibilité de changer d’avis ?

Il est temps qu’on se réveille, qu’on dise juste « non » à tous ceux qui veulent changer un système pour que nous soyons les seuls perdants.
Nous sommes propriétaires de notre travail. Nous sommes libres d’en faire ce que nous voulons, aussi bien de le cacher dans un tiroir que de le mettre à la libre disposition des autres, de le publier sur du papier rose ou chez le gros méchant Amazon.
Nous sommes propriétaires du fruit de notre labeur.
Merde.